Wardrobe Architect 2015

wardrobe-architect-2015Dans la lignée d’amélioration de la qualité et de l’efficacité de mon dressing (pour ne plus dire “je n’ai plus rien à me mettre”), je me lance dans le challenge Wardrobe Architect 2015 proposé une première fois l’an dernier par Coletterie (le blog des patrons Colette) et approfondi cette année différemment.

Je ne sais pas si j’arriverais à tenir le rythme mais peu importe l’idée pour moi c’est de m’en servir de guide pour définir mes besoins et mes envies vestimentaires et ne pas retomber dans le cycle infernal (mouhahaha) des achats compulsifs. (que ça soit en terme de vêtements tout faits ou en tissus et patrons). D’ailleurs je pense que ce genre de challenge peut aussi intéresser des non-couturières en l’adaptant un peu.

L’année se découpe comme suit :

  • Janvier : Trouver son style de base et explorer les formes
  • Février : Faire le vide et l’inventaire de son dressing
  • Mars : Passer en revue et finaliser ses projets printemps/été
  • Avril : Choisir les couleurs et acheter le tissu pour printemps/été
  • Mai & Juin : Coudre sa garde-robe printemps/été
  • Juillet : Passer en revue et finaliser ses projets automne/hiver
  • Août : Choisir les couleurs et acheter le tissu pour automne/hiver
  • Septembre & Octobre : Coudre sa garde-robe automne/hiver
  • Novembre : Vérifier et affiner
  • Décembre : Présentation de sa garde robe

J’ai commencé donc à explorer les 2 premières phases du mois de janvier et donc à définir un style de base, mais j’avoue que je me demande où cela va me mener car la plupart des styles que j’aime ne vont pas vraiment avec ma morphologie. Les prochaines étapes sont justement d’explorer les formes et de construire des silhouettes.

fashion page for Falbalas group cover

Me remettre à la couture et me replonger dans pinterest à la recherche de looks qui me parlent semblent m’avoir réconcilier avec la Mode. Je ne parle pas de la mode très éphémère, mais du vêtement en lui-même de sa coupe, de son tissu, du coté artistique, des défilés, des grands couturiers. Tout ça quoi…
Cela me rappelle mes rêves de devenir styliste quand j’étais ado (bon j’ai voulu faire 1000 métiers aussi mais celui là me faisait vraiment rêver).

Qui se lance avec moi ?

Tatouée

Spooky Moon car show

Spooky Moon car show by Greg Raper (Et non ça n’est pas moi)

Maintenant je peux le dire, je suis une fille tatouée.

Bon, j’avais déjà un petit encrage depuis 2 ans et demi mais je ne me sentais pas vraiment une “inked girl”. A l’époque, enfin un peu avant, je faisais du roller derby et je pense qu’on peut dire que c’est à cette époque que j’ai vraiment découvert le milieu du tatouage. J’avais déjà envie d’un tatouage avant mais là c’était pas pareil, les gens tatoués (avec des tatouages visibles j’entends) sont devenus ma norme.J’ai découvert au fil de mes rencontres avec les gens, l’infinité de style de leurs tatouages. Et ça m’a fascinée !
J’ai commencé à faire 1001 projets dans ma petite tête, sans me précipiter, parce que bon le tattoo c’est pour la vie.

La plupart des tatoueurs qui m’intéressait était à l’étranger ou méga overbooké, et puis la vie est ce qu’elle est, bref, j’ai mis ces petits (et gros) projets dans un coin de ma tête – c’est pas plus mal ça les a fait mûrir.

rose

rose by Philip Bond

Et puis une occasion s’est présentée, et 2 séances plus tard, mes 2 mollets n’étaient plus les mêmes. Et moi non plus (enfin si quand même).
Cela a relancé mes envies, même si le surf et le voyage passent avant pour le moment, j’espère repasser sous un dermographe cette année. ça m’a aussi donné envie d’ouvrir une nouvelle catégorie sur le blog.

Parce que maintenant je suis une fille tatouée.

Et vous ?

…en fait non j’ai toujours l’impression d’être une fille avec des tatouages

PS : je me suis pas foulée pour le titre entre cet article et le précédent, je crois qu’à chaque tatouage je ferai le même titre dans une langue différente hahaha

This Girl Can

Je sais pas si vous êtes comme moi, mais les blogs, Instagram, vidéos, etc avec des filles minces et musclées qui font du sport, ça a plutôt le don de me décourager avant même d’avoir enfiler mes baskets. Bonnes résolutions ou pas…

Alors quand Laëtitia (Eleusis Megara)  a posté cette vidéo sur Twitter, je me suis dit qu’il fallait absolument que je la partage ici. Il s’agit d’une campagne britannique, « This Girl Can« , pour encourager les femmes à faire du sport, sans complexe, juste pour le sport et l’éclate.

Moi ça m’a donné envie d’enfiler mes baskets et d’aller transpirer un peu, pas vous ? (Bon là maintenant tout de suite, je peux vraiment pas mais je la re-regarderais pour me remotiver)

Page blanche

Je voulais reporter mon dernier article mais j’ai oublié ><.

Bref, je voulais m’exprimer sur ces derniers jours mais j’en suis tout bonnement incapable. Tout se bouscule dans ma tête et dans mon cœur, la tristesse, l’espoir, mais aussi l’envie de baisser les bras, et même le remords et puis se dire que demain tout le monde aura oublié et retournera à sa petite vie…

Alors je préfère retrouver ma bulle, mes doudoux, mes superficialités, me retrouver moi et réfléchir tranquillement à tout ça, à ce que je pourrai faire à mon échelle pour que tout cela change…

 

« 5 ans de réflexion », le journal à 365 questions et son alternative gratuite

Dear Diary

Dear Diary by Philippa Willitts

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais j’ai souvent envie de tenir un journal. Je l’ai fait assez régulièrement plus jeune. Depuis j’ai refait plusieurs tentatives qui ne durent que quelques jours à chaque fois. Pourtant je trouve ça apaisant d’écrire et j’adore me relire des années plus tard.
Dernièrement ça m’a repris, en même temps que l’envie de bloguer d’ailleurs et j’ai découvert avant-hier sur l’instagram de Faust-in le journal « 5 ans de réflexion ». Il s’agit de répondre à une question par jour, pendant 5 ans. Tous les ans, à la même date, vous retombez sur la même question et comme c’est sur la même page, vous pouvez relire et comparer d’année en année. Je trouve le principe juste génial ! Déjà parce que souvent je manque cruellement d’inspiration, parce que ça compense les journées où il ne se passe rien de spécial et parce que ça nous fait réfléchir sur des questions qu’on ne serait pas forcément posées ou alors si mais pas par écrit. Fan de ce type de carnet, j’ai tout de suite été emballée ! En plus de ça c’est un très joli carnet (passion carnet). Pour plus de détails je vous invite à lire les posts de Faust-in ainsi que celui de Rue Rivard.

Sauf que bon je me suis quand même demandé si j’allais m’y tenir à ce journal, je me connais depuis le temps ! Je suis à fond pendant 1 semaine et puis après… C’est un peu comme les agendas quoi… D’autant que j’ai déjà le Simple diary de Keel’s un peu dans le même genre où j’ai du écrire 3 fois… ahem…

J’ai donc cherché une alternative et je suis très vite tombée sur un vieil article du blog de Debbie Hodge où on peut télécharger une liste de questions par mois.  Y’a plus qu’a imprimer, coller et écrire ! Et voilà quelques euros d’économiser ! D’autant plus que j’avais déjà un joli carnet Hema qui attendais sur mon bureau depuis quelque mois que je daigne griffonner les pages . Et si j’arrive à prendre l’habitude de répondre à une question tous les jours il n’est pas impossible que je craque pour le « vrai ».

Et si vous cherchez d’autres alternatives au journal intime, Madmoizelle.com y a consacré un article. Par contre si vous voulez vous en procurez un, s’il vous plait privilégiez vos libraires (ou chapitre.com ou la fnac à la limite).

Et vous, vous tenez un journal ? vous êtes plutôt journal classique ou alternatif ?

 

Cap ou pas cap d’être freelance ?

Idealised workspace

Idealised workspace by qian

Le mot “freelance” n’aura jamais été aussi à la mode qu’en ce début d’année. J’ai l’impression d’en voir partout, des graphistes freelance, des rédacteurs freelance… Dis comme ça, on va croire que je râle, que je jalouse… Que nenni ! C’est tout l’inverse ! A force de voir des gens épanouis, dans ce mode de travail (de vie même), on finit par en avoir envie nous aussi de cette liberté non ? On se prend à rêver d’une vie nomade et de travailler depuis le bout du monde.

En est-on tous capables ?

A vrai dire, ça fait des années que j’y pense mais que je me dis que je n’ai pas les épaules. J’adore aider et conseiller les gens, mais le démarchage, la paperasse, le manque de sécurité et d’horaires me terrifient. Si bien qu’en cette fin d’année 2014, j’avais fini par accepter que tout le monde n’est pas fait pour ça. Que malgré les jolies images type “Dream it, do it” et le courant “Sortons de notre zone de confort”, tout le monde n’est pas fait pour être entrepreneur… et que donc ça n’était pas fait pour moi.

D’autant plus que je ne suis ni graphiste, ni rédactrice, ni photographe etc, j’ai un métier beaucoup moins sexy je suis développeuse web et android. Oui tu sais le truc là où tu passes toute ta journée à taper des lignes de codes. Alors, certes ça s’adapte tout à fait à du freelance mais je me suis toujours dit qu’un graphiste qui avait quelques connaissances techniques pouvait sortir un site tout seul qui correspondrait aux besoins de 80% des sites (merci wordpress). Alors qu’un développeur tout seul, ben il fait un site moche mais avec pleins de fonctionnalités. Enfin moche… y’a des dev qui ont quand même une sensibilité graphique. Certains sont même mi-graphiste mi-developpeur, et sont très bons dans les 2 domaines, ceux là je les déteste (hahaha). Bref.
C’est ce moment là où je me suis dit que toute seule, je voyais pas bien ce que je pouvais faire et donc autant rester dans mon confort de salarié.

Macys - Believe

Macys – Believe by J J

Croire en soi

Dans ma petite carrière de développeuse, j’ai bossé pour vraiment tout type de projet et de clients, des petits, des très grands. Et définitivement, ceux qui m’ont le plus plu étaient les plus petits, où je touchais un peu à tout, où j’avais un contact avec le client. Je faisais de l’intégration, un peu de dev, et même parfois des animations flash -wouhou ! .Et pourtant parfois, je râlais parce que je ne faisais pas de choses assez technique (la fille jamais contente). Maintenant que je fais que du technique ces petits projets touche-a-tout me manquent (quand j’vous dit que je suis jamais contente). Et moi, j’ai pas envie que toutes ces compétences acquises et désormais inexploitée tombent aux oubliettes de ma mémoire.

Parce que, j’ai beau douter énormément de moi, de mes compétences, il m’arrive de regarder mon CV avec un peu de recul et de me dire que je connais mon sujet et que je pourrai sûrement me rendre utile sur des petits projets qui n’ont pas trop les moyens (ou l’envie) de passer par des agences. Des projets qui me tiendrait à coeur, que je pourrai choisir. En vivre, c’est une autre paire de manche, surtout pour quelqu’un d’aussi angoissée que moi (mais j’me soigne)…

Alors je me suis dit que je pourrai peut-être tremper un orteil dans le grand bain pour commencer. Prendre le fameux statut AE à coté de mon travail…

Et vous, vous êtes freelance ? vous hésitez aussi à vous lancer ?

Paysages du sud-ouest : Saint-Emilion

Pour bien commencer l’année, j’ai fait découvrir à mon chéri la jolie commune de Saint-Emilion. Surtout connue pour ses grands vins et ses châteaux, cette cité médiévale de Gironde est classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Le soleil d’hiver donnait une lumière magnifique sur les pierres blanches et apportait encore plus de charme au site.

Je vous laisse découvrir ça avec quelques photos prises avec le téléphone de l’amoureux (j’ai perdu mon appareil photo compact :'( ).

20150101_16221120150101_162257 20150101_162608 20150101_162626 20150101_163505 20150101_164211 20150101_164637

Quelques voeux pour 2015

Tout d’abord je vous souhaite une merveilleuse année 2015, que cette année vous apporte tout ce dont vous rêvez, mais surotut soyez heureux !

Il y a bien des années que je ne prend plus de bonnes résolutions pour la nouvelle année. Mais cette année j’ai voulu formuler des voeux en me disant que peut-être, en les écrivant, je me donnerais plus les moyens de les réaliser.

Make a wish

Make a wish by Anne Marthe Widvey

  • Aller au Brésil
    pour ceux et celles qui ne le savent pas, mon petit frère est partit travailler pour 14 mois au Brésil depuis novembre dernier. Mathilde m’avait déjà donné envie d’y aller mais là forcément j’en ai encore plus envie.
  • Fêter mes 30 ans à l’étranger
    en vrai je rêverais que ça soit en Californie, mais je sais bien que ça ne sera financièrement pas du tout possible :(. Pour le Brésil, ça sera sûrement difficile aussi. Mais je me contenterais volontiers, d’une ville européenne.
  • Passer quelques jours en Bretagne
    ma Bretagne me manque tellement et ma grande-tante aussi
  • Prendre soin de moi
    j’aimerais perdre ces kilos en trop ( mais bon je me le dis chaque année), avoir une vie plus active et saine. Sans mettre la barre trop haut : marcher plus, faire du vélo, prendre des cours de yoga, manger plus sainement, me remettre au roller…
  • Surfer plus et progresser
  • Créer
    Coudre 1 ou 2 vêtements par mois, reprendre ma fabrique à bijoux, bricoler, bidouiller… et réaliser mon rêve secret de rouvrir une petite boutique en ligne (et encore plus fou faire un marché de créateur, voilà ça c’est dit..)
  • Apprendre le portugais
  • Continuer sur ma lancée de baisse de consommation, ne plus acheter de vêtements et de trucs qui ne servent à rien
  • Reprendre confiance en moi, arrêter de me comparer aux autres et de me sentir nulle, sortir de ma coquille

J’aurai pu mettre 1000 vœux sur cette liste mais j’ai voulu être un peu plus réaliste quand même…

Et vous, vous attendez quoi de 2015 ?

Bye Bye 2014

Le Porge, aout 2014

Le Porge, aout 2014

Habituellement j’aime bien faire un petit article sur le bilan de l’année mais cette fois j’ai beau retourner ça dans ma tête je ne vois pas bien ce que je pourrai raconter. Je n’ai pas passer une mauvaise année mais il ne s’est rien passé d’extraordinaire non plus.
Alors plutôt que de penser à tout ce que je n’ai pas fait je préfère me concentrer sur les 2, 3 petites choses positives qui ont marqué mon année :

  • je me suis teint les cheveux en rose, j’en rêvais, je l’ai fait, j’ai adoré mais ça bousille quand même beaucoup les cheveux et je suis passée à autre chose
  • J’ai changé de poste comme bénévole au Hellfest avec un peu plus de responsabilité et ça m’a reboostée
  • je crois que j’ai fait ma crise des 30 ans, j’ai même péter un peu un câble en septembre et puis tout doucement j’ai commencé à accepter les choses, à m’accepter moi, mon manque d’ambition, ma lenteur, mon poids, mes faiblesses, le fait que je ne serai jamais une fille ni extraordinaire ni cool, ni populaire bref…
  • si mes tentatives de reprise du sport régulier ont été plutôt des échecs cuisants, je suis sur la bonne voie en ce qui concerne les achats compulsifs
  • après un printemps désastreux au surf, j’ai enfin progressé (un peu) à l’automne
  • j’ai repris la couture et les petits bidouillages
  • et surtout j’ai trouvé un super chéri avec qui j’emménage début 2015

Pour moi 2014 a donc été plutôt une année de pause et de réflexion, une sorte de transition en fait.

2015 sera l’année de mes 30 ans. J’ai beaucoup de projets pour cette année., j’espère en réaliser au moins quelques uns cette fois…

Passez de Joyeuses fêtes :) !