Should I stay

Or should I go now ?

On y revient, éternellement, à chaque fois que j’ai eu un blog en main, je me suis tôt ou tard pausé la question, arrêter ou continuer ? A raison d’un post tous les 6 mois, on peut se demander comment je peux encore me poser la question tellement la réponse est évidente…

Chaque fois, je rejette mes erreurs, mon manque de confiance en moi, ma timidité sur mon blog et je le supprime purement et simplement. Mais cette fois je me suis attachée au nom, il me représente bien. J’ai l’impression d’avoir encore des choses à partager parce que les partager sur mon blog c’est les rendre réelles, aussi peu intéressantes soit-elles.

Mais je complexe, je m’auto-censure, parce que certaines personnes me connaissent IRL (and so what ?) et que blogguer c’est se dévoiler… Pourtant il y a bien longtemps que je n’ai plus personne à décevoir.

Dans un accès de dégoût de la Twittosphère, j’ai fermé mon compte Twitter. Honnêtement, ça m’a fait un bien fou ! Ce qui ne m’a pas empêchée d’en rouvrir un quelques jours plus tard, j’avais trop besoin de ponctuer ma vie de phrases sans intérêt, qui une fois écrites, me soulage un peu. J’ai aussi changé de forfait et de téléphone, pour me sevrer de cette hyper connexion. J’ai donc considérablement réduit mon temps passé sur IG, Twitter et Facebook. Est-ce que ça me rend plus heureuse ? honnêtement, non ! Je ne profite pas plus du temps qu’il fait dehors, ni des petits bonheurs… mais j’ai une trentaine d’euros en plus sur mon compte et je recharge mon téléphone qu’une fois par semaine au lieu de 2 fois par jour. Ce qui me manque le plus, c’est faire des petites photos de tout et de rien avec mon mobile. Parce qu’avec la tablette aussi petite soit-elle c’est nettement moins discret !

A dire vrai, ça fait plusieurs jours que je me sens vide, vide de toute émotion, vide d’envie, vide d’espoir… Je ne suis pas déprimée, je ne suis pas triste, je suis vide…